Bonjour Jean-Pierre, c’est la fin d’année et le moment de faire un premier bilan de la saison en cours. Comment juges-tu le parcours de ton équipe jusque-là ?

Il nous reste deux matches avant de terminer cette première partie de championnat (Guigamp et Plescop). Je découvre ce championnat et un à un nos adversaires respectifs. Grâce au travail de JP Le Gall, je peux travailler sur la vidéo de chacun de ces adversaires. J’observe, j’apprends.

Je découvre aussi les forces et les faiblesses des garçons qui composent « mon » équipe.

Pour le moment, je constate que sur un plan purement comptable, nous n’avons gagné qu’un seul match (Betton) et trois matches nuls (Lesneven, Hennebont et Morlaix). Mais il faut aller au-delà de cet aspect comptable. Les hiérarchies à chaque poste commencent à se dessiner, notre jeu collectif, dans chaque compartiment se met progressivement en place. Nous sommes désormais en capacité de jouer ensemble à partir d’un référentiel tactique que chacun s’applique à respecter. L’équipe a montré des qualités de combativité et d’enthousiasme qui correspondent à mes attentes. J’espère sincèrement qu’à partir de la rentrée de Janvier tout ce travail va porter ses fruits et que nous allons commencer à engranger plus de points pour nous mettre à l’abri dans un premier temps, puis accumuler de la confiance en vue de la saison prochaine.

Tu as pris en charge les seniors masculins à l’été dernier, quelles ont été tes premières actions ?

J’ai été gêné par l’absence au mois d’Août de certains joueurs « cadres ». J’ai donc composé avec les présents en mettant l’accent sur une grosse préparation physique. Une équipe bien préparée physiquement c’est l’assurance d’une construction cohérente et solide. À partir du « stage » du 15 Août nous avons progressivement ajouté au travail physique engagé, le Handball à proprement parler. Malheureusement, je n’ai eu l’ensemble du collectif SG1 à ma disposition qu’une semaine avant le début du championnat. La préparation réelle de l’équipe a donc pris du retard. Cependant, notre victoire lors du premier match nous a permis de mettre en place progressivement et calmement un véritable travail de refondation de notre jeu. À ce travail avec le groupe s’est ajouté la mise en place d’un staff, véritable équipe au service de l’équipe. Jean Pierre Le Gall s’occupe des gardiens de but, et de la vidéo. Philippe Duigou est le dirigeant référent de l’équipe, il gère tous les problèmes connexes. Alain Carval est en charge du matériel, et Morgane Lallouet et Ronan Failler sont nos deux kinés/ostéopathes au service des joueurs.

 

Ton groupe est composé en grande majorité de jeunes joueurs, perçois-tu cette situation comme un avantage ou comme un inconvénient ?

C’est un inconvénient (manque d’expérience, qualités physiques et technico-tactiques parfois insuffisantes, souvent instables) qui, je l’espère, va se transformer en avantage. Le travail engagé, notre capacité à apprendre de nos erreurs vont nous permettre de monter en puissance. Je suis persuadé de cela. Notre équipe est (à ma connaissance) la seule de ce championnat de pré-nationale à s’entraîner 3 fois par semaine. Grâce à l’appui de Yannick Postic et de Maxime Hénaff, nous pouvons dédoubler la séance du lundi et proposer un entraînement à Concarneau pour un demi groupe, et un autre entraînement à Brest pour nos étudiants, ce qui leur évite de revenir à Concarneau une fois de plus en semaine.

Nos joueurs sont volontaires, ils travaillent dur, ils ne rechignent pas à faire de gros efforts. Il faut les féliciter pour cela.

Ils ont du talent. Le travail effectué par mes prédécesseurs Maxime Hénaff, Christophe Floch et avant eux Yannick Postic et d’autres encore, est là. Il m’appartient désormais de le bonifier, de mettre de la discipline et de la cohérence pour que notre façon de jouer soit plus conforme à l’idée que je me fais d’une équipe prétendante à évoluer, sous peu, au niveau national.

 

Comment définirais-tu cette identité, et comment souhaites-tu faire évoluer ton équipe, as-tu des axes de travail prioritaires ?

Nous devons nous appuyer sur nos qualités. Nos joueurs sont jeunes. Le breton est fier, c’est un aventurier au sens noble du terme, il aime conquérir le monde. Notre équipe doit développer un jeu rapide, qui se projette vers l’avant. Notre équipe doit s’appuyer sur sa capacité à défendre avec générosité, courage, fierté, opiniâtreté son propre but. Elle doit aussi faire preuve d’intelligence tactique, savoir gérer les temps faibles et les temps forts et, avec ses moyens apprendre à piéger nos adversaires.

Chacun comprendra que cela ne peut se construire en un jour. Nous devons faire preuve de patience tout en réalisant de gros efforts de discipline collective. Régler définitivement certains détails, être capables de jouer ensemble pendant une heure, être réguliers, constants. Nous devons nous renforcer sur le plan athlétique, ceci est incontournable.

Nous devons aussi analyser nos forces et nos faiblesses. Certains postes, aujourd’hui, sont trop « faibles » ou insuffisamment pourvus. Il faut enrichir la base arrière, il faut impérativement nous renforcer au poste de pivot, le poste d’arrière droit doit être occupé par un ou deux gauchers. Il faut imaginer le recrutement idéal, et travailler à sa concrétisation. Enfin, l’équipe manque de joueurs expérimentés capable d’apporter de la sérénité et de la confiance.

Ceci étant posé, je considère qu’il ne faut pas envisager l’évolution de cette équipe seulement par l’aspect technique. Il est nécessaire d’avoir une approche plus globale, qui s’inscrit dans une dynamique de club.

C’est pourquoi nous devons améliorer l’encadrement de cette équipe première. Le conseil d’administration sous l’impulsion de Rodolphe et de Sébastien, nos deux co-présidents, a validé la mise en place d’une « cellule » de gestion et de direction dédiée spécifiquement à cette mission. Elle vient d’être créée. Son rôle est de s’occuper de tous les problèmes liés à la stabilisation du groupe actuel et à l’enrichissement de ce groupe par l’apport de nouveaux joueurs plus expérimentés, leaders à leurs postes. La recherche de nouvelles ressources financières doit également permettre d’augmenter notre budget et ainsi de mieux répondre aux exigences de nos ambitions. Cette « cellule », sous la direction de Philippe Grijol est composée de Yannick Tanguy, et d’Erwan Texier tous deux chefs d’entreprise. Cette « cellule » a commencé à travailler notamment sur le recensement des difficultés pour chacun de nos joueurs, de leurs attentes, de leur avenir. Ils travaillent également à l’élaboration du budget prévisionnel 2019/2020 pour l’équipe SG1, ils ont ouvert le dossier « recrutement » avec déjà des premiers contacts. Ils réfléchissent, en concertation avec le CA du club à de nouvelles stratégies pour augmenter le budget global du HBSud… Tout cela doit permettre de nous mettre en mouvement, et de montrer à tous que nous sommes dans une réelle dynamique de progrès.

 

Qu’attends-tu de la reprise du championnat et quelles sont tes ambitions pour la fin de saison ?

J’espère sincèrement que ce groupe va enfin prendre conscience de son potentiel.

Le capitaine, Antoine Pinard, assisté de ses adjoints Hugo Texier et Samuel Breton, travaille à donner à ce groupe une vraie personnalité, j’ai la conviction que l’équipe va se libérer, et jouer à son meilleur niveau dans la deuxième moitié de ce championnat.

Nos deux derniers matches (Morlaix et St Renan-Guilers) me confirment dans cette impression.

Même si tout n’est pas parfait, j’ai le sentiment que nous jouons de mieux en mieux, et que notre identité s’affirme.

Les commentaires entendus ici où là, dans les tribunes et parfois même chez nos adversaires, vont dans ce sens.

Il faut maintenant gagner des matches, de plus en plus de matches. Créer une dynamique de victoire qui nous permettrait d’envisager l’avenir avec encore plus de confiance. Cela nous permettrait de renforcer ce groupe, de l’étayer, de lui donner les moyens de réaliser nos objectifs sans précipitation, mais avec opiniâtreté voire avec gourmandise.

Enfin, cela conforterait l’ensemble des dirigeants et bénévoles, du public dans l’idée que ce club avance, fort de ses racines et fier de ses ambitions au service de tous ses adhérents autour du « projet nation » voté lors de notre dernière Assemblée Générale.

L’avenir ne sourit-il pas aux audacieux ?

Merci Jean-Pierre et joyeuses fêtes de fin d’année !