C’est au tour de Denis Peschaud, responsable des jeunes du PSG de répondre à notre interview hebdomadaire.

Comment envisagez-vous cette nouvelle saison avec votre équipe, quels sont vos objectifs ?

Denis Pechaud : Les objectifs sont toujours d’aller le plus loin possible. Les poules sont sorties et la poule de première phase est vraiment relevée (4 équipes qui étaient en phase haute) avec deux demi–finalistes. La difficulté première sera de sortir déjà de cette première phase.

Dans le cadre du prestigieux tournoi Caraty, votre présence à Concarneau s’inscrit-elle dans une perspective particulière ?

Denis Pechaud : Ce tournoi est pour notre groupe une inconnue au sens où c’est la première fois que l’on va se préparer hors région parisienne. Il est toujours très intéressant de pouvoir observer ce qui se fait au plus haut niveau et les jeunes du Galaxy seraient fiers de pouvoir jouer un match en ouverture.

La compétition nationale pour la catégorie -18 correspond-elle à vos attentes ? Peut-on dire qu’elle constitue un tremplin pour vos jeunes ?

Denis Pechaud : Il s’agit d’une compétition relevée. Il est quand même dommage que notre poule ne soit composée que d’équipes de la même ligue ile de France. Cette première phase n’est plus vraiment un championnat de France mais un championnat de ligue. L’intérêt de ce championnat est de se confronter à différentes cultures handball. Il perd un peu de sa saveur en première phase.
Dans l’ensemble, il permet de préparer les futurs potentiels à toutes les composantes d’un championnat de France : déplacement, salle + ou – chaude, transport… avec des équipes relevées.

Comment abordez-vous cette semaine de stage à Concarneau ? dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Denis Pechaud : Il s’agit d’une nouveauté pour nous (préparation hors région parisienne). Nous allons nous adapter aux situations nouvelles (charge de travail, opposition). Il est plutôt enrichissant de partager sa préparation (joueurs et staffs) que de se préparer seul. Nous attendons beaucoup des différents échanges. Se préparer dans un cadre sympathique est aussi un plus.

Dans quelle mesure attachez-vous de l’importance à cette semaine de préparation et à ce tournoi ?

Denis Pechaud : Cette semaine doit nous permettre de reconstituer un groupe. Il s’agit d’incorporer les nouveaux joueurs (nous sommes une entente des clubs parisiens et l’osmose n’est pas toujours facile à trouver). Les joueurs doivent apprendre à se connaitre et à connaitre les attentes du staff.
Il doit nous permettre de bien fixer les habitudes de travail. Il nous permet aussi de mettre en place le référentiel commun de jeu (plus facile car les joueurs de pôle sont présents).
Les oppositions fréquentes permettent de donner du temps de jeu à tous les participants et de montrer les évolutions des comportements à apporter.

Vous aurez, durant cette semaine de stage, la possibilité de faire deux entraînements quotidiens et un match en soirée, comment pensez-vous gérer cette charge de travail pour vos joueurs ?

Denis Pechaud : Il s’agit du travail de la préparatrice physique. Nous avons un groupe étoffé et tout le monde doit y trouver son compte. La journée sera rythmée par des séances à dépense énergétique, des périodes d’apprentissage et des oppositions. A nous d’être attentifs et de repérer les indices de fatigue pour éviter les blessures