Il reste cinq semaines avant le début du Caraty Espoirs !

Chaque semaine, nous publierons l’interview du coach d’une des équipes du tournoi. Nous commençons avec Olivier De La Breteche qui nous parle de son équipe -18 du Saint-Nazaire Handball.

Comment envisagez-vous cette nouvelle saison avec votre équipe, quels sont vos objectifs ?

Olivier De La Breteche : On part avec l’envie de progresser par rapport à l’année dernière où nous avons fini autour de la 35ème place de la catégorie -18 nat.
On garde le noyau dur de l’équipe puisque 2 joueurs nés en 2000 et 3 nés en 2001 étaient déjà titulaire.
On devrait moins souffrir physiquement cette année puisque pendant que l’on dit au-revoir aux 1999 sur la catégorie, on en profite pour prendre quelques centimètres et quelques kilos !

Dans le cadre du prestigieux tournoi Caraty, votre présence à Concarneau s’inscrit-elle dans une perspective particulière ?

Olivier De La Breteche : Par rapport à la prépa précédente, on apprécie de pouvoir se préparer avec des équipes que l’on ne connaît pas, ou peu (On avait Paris en seconde phase l’année dernière !).
Le projet de ce Caraty jeune m’a tout de suite emballé quand Jean-Pierre m’en a parlé.
Je trouve super, alors que l’on a tous des joueurs susceptibles d’évoluer un jour dans l’élite ou proche de l’élite, de commencer à les habituer à ce type de préparation.
Je trouvais normal de vous suivre dans ce super projet.

La compétition nationale pour la catégorie -18 correspond-elle à vos attentes ? Peut-on dire qu’elle constitue un tremplin pour vos jeunes ?

Olivier De La Breteche : A Saint-Nazaire, on essaye de caler le fonctionnement des moins de 18 Nat sur une vision de performance.
Le projet du club est de monter rapidement les seniors en N1, voir plus dans les années futures.
Il faut donc caller la formation de nos jeunes qui ont actuellement 15-16 ans sur des visions N1-D2 à 2-5 ans pour ceux qui resteront et bien sûr élite pour ceux qui partiront.
On prend ce niveau comme un accélérateur de progression pour les plus jeunes et comme une étape pour les plus vieux de la catégorie.

Comment abordez-vous cette semaine de stage à Concarneau ? dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Olivier De La Breteche : On démarre gentiment la semaine précédente pour remettre le groupe sur un même niveau physique. L’inconnue, pour nous, est de savoir comment notre groupe va réagir à cette préparation très intensive.
On sera dans la découverte pour plus de la moitié du groupe donc on va essayer de faire monter la sauce progressivement. Donc… curieux, motivé et serein.

Dans quelle mesure attachez-vous de l’importance à cette semaine de préparation et à ce tournoi ?

Olivier De La Breteche : Je prends l’ensemble comme une chance de mieux connaître mon groupe en terme de hand et d’extra-hand.
Les matchs sont aussi un vrai enchantement en terme de prépa.
Je fais parti des entraineurs qui n’évaluent en terme de hand qu’en m’appuyant sur les matchs. C’est pour moi, le seul vrai révélateur du potentiel d’un joueur.
Si je sors de la semaine avec une validation de ma première vraie idée de notre potentiel et que j’ai pu voir quelques joueurs en profiter pour se révéler et changer les rapports de force, déjà un peu établis, dans mon groupe, nous n’aurons pas perdu notre temps.

Vous aurez, durant cette semaine de stage, la possibilité de faire deux entraînements quotidiens et un match en soirée, comment pensez-vous gérer cette charge de travail pour vos joueurs ?

Olivier De La Breteche : On part sur l’idée un peu classique de séance plutôt physique-physio le matin.
Handball l’après-midi et match le soir.
On a prévu d’amener quelques moins de 17 région pour étoffer le groupe et anticiper leur intégration en cours de saison ou pour l’année prochaine.