Pierre-Yves – le père trésorier

Maxime – le fils entraîneur

Question 1 : Peux-tu décliner ton nom, ton prénom, ta date et lieux de naissance, ton lieu d’habitation ?

  • Pierre-Yves : Je m’appelle Pierre-Yves HENAFF né le 07/02/1964 à Concarneau en ville close. Fils de Youn et Josiane. J’habite à Concarneau
  • Maxime : Je me nomme Maxime HENAFF, je suis né le 11 Mars 1988 à Quimper. Je vis à Concarneau (depuis toujours…)

Question 2 : À quel âge as-tu commencé à t’intéresser au Handball ? En quelles circonstances ?

  • Pierre-Yves : J’ai commencé le Hand à ma rentrée en sixième. Le prof de sport du collège (Claude VOQUER) était un grand amateur de Hand et y donnait beaucoup de son temps tant en scolaire qu’en club à l’Amicale Laïque de Concarneau. On a alors très vite formé une équipe de copain et on a évolué tous ensemble pendant des années. On ne le savait pas encore mais c’était la naissance d’une belle équipe.
  • Maxime : Dans le ventre de ma mère je pense 🙂 Notre cher président dit aussi de moi que je suis né au Porzou…Plus sérieusement je m’y suis intéressé dès tout petit, Papa était joueur en équipe première et dirigeant historique du club. Tous les samedis soirs se passaient au Porzou, je faisais même la course pour jouer au ballon à la mi-temps (quelques fois même pendant les temps-morts). J’étais un peu la mascotte de l’équipe car j’étais à l’époque le seul fils de joueur.

Question 3 : En tant que parent quelle satisfaction retires-tu de voir évoluer ta progéniture ?

  • Pierre-Yves : Je suppose qu’il s’agit de Maxime, car j’ai une autre progéniture Juliette qui ne fait pas de Hand. Je suis évidemment très content de l’évolution de Maxime dans ce sport. Je l’ai suivi et formé de 5 à 17 ans, je l’ai vacciné dès le plus jeune âge et ça a marché. Je lui ai appris des choses sans forcément lui dire comment les faire, il a trouvé rapidement. Et dire qu’ils n’en voulaient pas en équipe du Finistère car il était trop petit, c’était des mecs qui ne connaissaient pas grand-chose. Il a très vite progressé en Seniors et s’est imposé comme un leader naturel car il a réussi à rassembler les gens autour de lui et créer une osmose qui a motivé tout l’équipe. Je suis très fier de sa réussite et pourvu que cela ne s’arrête pas là….

Question 3 : Quel genre de jeune joueur étais-tu à tes débuts ?

  • Maxime : Comme tous les enfants, il n’y avait que le ballon qui m’intéressait, j’aimais marquer des buts, courir partout. Aussi, il m’arrivait de pleurer après une défaite…Puis j’étais assez à l’aise dans la manipulation de balle, je me souviens de certaines actions, notamment au Tournoi de Penvillers…Jusqu’à 10 ans j’aimais aussi le poste de gardien de but.

Question 4 : Pourquoi être venu vers le HB Sud 29 ? 

  • Pierre-Yves : J’y suis pas venu !! Je peux revendiquer une part de paternité de ce club. En effet ça fait 42 ans que j’y suis ! j’y ai tout fait sauf gardien de but.

Question 4 : Comment le « virus » du Handball a-t-il fait son entrée dans ta vie ? Te souviens-tu dans quelles circonstances ? 

  • Maxime : Lors de ma première séance d’école de Handball en Septembre 1994, mon père m’y avait amené un samedi après-midi. A partir de ce moment, rater une séance était devenu inimaginable et je n’ai plus quitté l’activité (même si j’ai failli partir au foot en CE2…). Cette époque marque également la rencontre de 2 personnes qui sont aujourd’hui devenus plus que de bons amis, Florian et Thibault se reconnaîtront…

Question 5: As-tu pratiqué le Handball toi-même?

  • Pierre-Yves : Oui, Comme dit précédemment j’ai commencé à 11 ans avec une bande de copain du collège.On a très vite progressé nous étions quelques-uns à participer aux stages départementaux et de ligue entre 14 et 17 ans. Equipes du Finistère puis de Bretagne et montée du Club en Région en 1981 je crois et depuis on y est toujours. C’est un peu grâce à nous les quinquagénaires endurcis que le club est aujourd’hui présent sur la scène régionale et Nationale bientôt j’espère. J’ai donc une certaine expérience du Hand Ball régional avec des échecs mais beaucoup de succès sportifs tant individuels que collectifs. Une vilaine blessure au genou m’a contraint d’arrêter et c’est peut-être pas plus mal car je m’y investissais beaucoup trop car je jouais, arbitrais, entrainais mais aussi assurais le poste de président, secrétaire et trésorier tout ça en même temps.

Question 5 : À part le Handball, as-tu pratiqué d’autres activités sportives, culturelles dans tes plus jeunes années ?

  • Maxime : Evidemment, le football faisait également partie de mes activités mais uniquement entre copains sur le terrain de sport des Sables Blancs et dans la cour d’école. On ne voyait que par l’équipe de France 1998 et un certain ZZ. Ensuite au collège, avec l’UNSS je touchais un peu à tout, notamment aux sports de raquettes. Culturellement c’était plus compliqué, la musique, le dessin et moi ça fait 2 (ou 3 pour le coup)

Question 6 : Quelle fonction occupes-tu pour le club, peux-tu nous en dire plus, en quoi cela consiste ?

  • Pierre-Yves : Je suis donc Trésorier après avoir été Président, Secrétaire, Entraîneur, Arbitre, Joueur. Je m’assure qu’il y ait toujours de l’argent sur le compte, il faut suivre presque quotidiennement le solde pour ne pas être surpris. Il y a des périodes sensibles dans l’année en l’occurrence Mars et Août ou les rentrées d’argent sont moindres et les factures plus conséquentes. J’encaisse les recettes et règle les factures, je dépense donc à bon escient car l’argent est comme le fumier il ne sert à rien s’il n’est pas épandu et qu’il ne faut pas être vénal, je suis aidé dans ma tâche par Sandrine qui règle les frais d’arbitrage (Un grand merci à elle car je suis rarement disponible le Samedi après-midi). Je suis également trésorier de l’Amicale Laïque de Concarneau qui comporte une section Tennis de table, Gym volontaire et le groupe de réflexion Laïcité Aujourd’hui.

Question 6 : Quelle place a joué le milieu familial dans ton implication « Handballistique » ?

  • Maxime : Clairement j’ai suivi Papa qui était plus qu’impliqué au club : joueur, arbitre, dirigeant, président, entraîneur, râleur… 🙂 . Mais rien n’était forcé, l’activité m’a plu naturellement. Ensuite il nous a entraîné 1 à 2 fois/semaine de l’école de hand jusqu’aux -18 en gérant parallèlement sa vie professionnelle et familiale. Sacré investissement ! Naturellement j’ai eu envie de faire un peu comme lui, en cohérence avec mon projet universitaire et professionnel qui s’orientait vers le sport et l’éducation.Maman quant à elle venait me voir jouer à chaque match à domicile et assiste aujourd’hui aux matchs de l’équipe 1. Elle participe également aux débriefes des matchs le dimanche midi lors des repas de famille en donnant un avis très rassurant

Question 7 : Peux-tu nous parler de ta passion pour ce sport ? Que t’apporte-t-il ? En quoi te parait-il différent des autres ?

  • Pierre-Yves : C’était le sport scolaire et amateur par excellence quand j’ai commencé. J’ai fait un peu de vélo mais c’est un sport très difficile, un peu de foot mais les liens entre joueurs étaient quasi inexistant, quand j’ai commencé le Hand j’ai tout de suite senti l’esprit d’équipe et le respect de chacun. Au Hand on se donne à fond pour ses partenaires et le sens de la solidarité y est très présent. C’est un sport actif, il s’y passe toujours quelque chose pas comme au Foot ou on peut s’ennuyer à mort car un 0/0 n’existe pas au Hand. Quand tu joues au Hand tu es obligé de montrer ton engagement et ton envie de te défoncer sinon tu vas jouer à la pétanque, de montrer également ton esprit collectif très développé dans ce sport, comme au Rugby d’ailleurs. Tu as besoin des autres dans ce sport comme les autres ont besoin de toi, la confiance entre coéquipiers est essentielle tu sais cette confiance qui est le ciment invisible qui conduit une équipe à gagner.
  • Maxime : Ce sport permet une activé incessante avec peu de temps morts, comparé au foot notamment. Il permet aussi une dépense énergétique plus plaisante à mes yeux que d’autres activités. Il y a sans cesse de l’incertitude…Enfin, chaque joueur peut marquer fréquemment des buts, ou du moins se montrer dangereux peu importe les gabarits. Il m’a aussi permis de rencontrer des personnes importantes. Il m’apporte également beaucoup de fierté et d’excitation à chaque mois de Janvier depuis maintenant plus de 10 ans… Nous avons la chance de vivre ces résultats exceptionnels du handball Français.

Question 8 : Maxime ton fils, entraîne l’équipe première garçons, il est également le responsable technique de la section sportive du lycée Pierre Guéguin. Quel regard portes-tu sur son évolution au club depuis ses jeunes années comme joueur à ce jour ?

  • Pierre-Yves : Je me rappelle de ses premiers pas à l’école de Hand, ses premières défaites ou il était inconsolable, et ses merveilleuses victoires sans parler de ses colères après l’arbitre (Les chiens font pas des chats…). Sa carrière de joueur aura été relativement courte mais d’un très bon niveau. Cette évolution en tant qu’entraîneur est fantastique et incroyable. Il s’est investi énormément dans ce projet, son travail m’a épaté car si on sait courir et marquer des buts c’est moins évident (Pour moi en tous les cas) d’écrire ce qu’on sait faire et ce qu’on voudrait faire et avoir le sens de la pédagogie de surcroît. Son évolution n’est pas finie loin de là et c’est peut être un bien qu’il ne puisse plus jouer au niveau de l’équipe 1, ça lui a libéré du temps pour faire du Hand son métier. Il doit faire des envieux car de faire sa passion son métier est un rêve pour beaucoup de personnes. Personnellement je suis bluffé mais maintenant j’attends des résultats !!!!!!!!!!!

Question 8 : Quel est ton joueur ou ta joueuse préféré (e) sur la scène nationale ou internationale ? Peux-tu nous dire pourquoi ? Quel entraîneur représente pour toi un idéal d’entraîneur ? Pourquoi ?

  • Maxime : Mon joueur préféré était Jackson RICHARDSON, première star du handball français…Et quel artiste ! il a inventé des gestes hors du commun et m’a fait rêver, je ne voyais que par lui, je jouais également aux mêmes postes que lui (Demi-centre et n°3 avancé mais pas au même niveau J ). J’ai aussi eu la chance de le rencontrer, humainement il ressemble à quelqu’un de très fort. En tant qu’entraîneur, je pense à Patrice CANAYER qui est un exemple de professionnalisme et de régularité dans le résultat malgré les difficultés rencontrées. Il s’adapte en permanence.

Question 9 : Tu es trésorier du HB Sud, peux-tu nous dire quelle  est la répartition en pourcentage des recettes du club ?

  • Pierre-Yves : Des chiffres !!! Mais ça va embêter tout le monde, personne ne les retient, c‘est pour ça que je n’en donne jamais trop aux Assemblées Générales. Mais si tu insistes : Subvention 10.66 %, Sponsors 44.09 %, Cotisation 31.20 %, Boutique 5.33 %, Buvette 8.72 % (Si si ça fait 100 %). Ça veut donc dire qu’il faut consommer plus à la buvette sinon on va augmenter les tarifs….

Question 9 : Au cours de ta formation de joueur, depuis tes débuts, y-a-t-il un entraîneur qui t’as plus marqué que les autres ? Qu’avait-il de particulier ?

  • Maxime : J’ai eu peu d’entraîneur, l’un d’entre eux est évidemment plus important que les autres dans mon parcours, c’est mon père. Il m’a accompagné de mes 6 à mes 17 ans même si ce n’était pas forcément évident à gérer par moment vis-à-vis des copains. Mais il me traitait au même titre que les autres, il nous a transmis, je pense des qualités de vitesse de jeu importantes. Il est à mon sens, également un peu le 2eme père de Florian, Thibault et Yoann. Mais je pense aussi à Yannick qui m’a donné ma chance en équipe première à 17 ans sans que je m’y attende puis à Christophe FLOCH, qui m’a aidé à développer des compétences tactiques et techniques et avec qui j’ai vécu 2 montées avec l’équipe première.

Questions 10 :

As-tu d’autres « Hobby » dans la vie ? Si oui, lesquels ? 

  • Pierre-Yves : Oui le Tennis de Table ou je me défoule et Candy Crush ou je m’énerve !!!!
  • Maxime : Le badminton ou un bon film dans le canapé. Les séries TV également (fan de FRIENDS notamment)

Quel est le livre qui t’a le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Pierre-Yves : Je lis très peu. « 10 Chiens pour un rêve » de François VARIGAS, la traversée du Grand Nord  en solitaire en chien de traineau pendant un an. J’aime cette région du globe et ce livre est une véritable aventure montrant la complicité entre un homme et ses chiens. Un jour j’irai là-bas………à DAWSON le pays de Jack LONDON
  • Maxime : La LIGNE VERTE de Stephen KING, l’histoire est vraiment troublante et je dois avouer que je ne lis pas beaucoup mais le fait de l’avoir lu avant d’avoir vu le film le rend encore plus marquant. Et l’injustice reste une chose qui me rend fou…Dans un autre registre, je cite également la biographie de ZIDANE comme tout fan qui se respecte J

Quel est le film qui t’as le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Pierre-Yves : Ca c’est dur, il y en a beaucoup. J’aime les films qui me détendent et ou on ne réfléchit pas beaucoup voir pas du tout comme Expandable. Mais aussi les grands films et particulièrement avec Jack NICHOLSON dans Vol au-dessus d’un nid de coucou et The Shinning des performances d’acteurs exceptionnelles.
  • Maxime : Je vais en citer 2 :Le  ROI LION, film mythique de mon enfance, la mort de MUPHASA reste un traumatisme 😉 D’ailleurs quand je le revois je zappe ce passage. ASTERIX ET OBELIX MISSION CLEOPATRE, parce que je suis fan d’Astérix et je peux faire toutes les répliques du film…Il me fait du bien quand j’ai un petit coup de mou et reprend très bien l’esprit et l’histoire de la BD.

Quel est le personnage historique que tu places au sommet de ton Panthéon ? Pourquoi ?

  • Pierre-Yves : Jean MOULIN / Martin LUTHER KING. Des défenseurs des opprimés, de la justice et de la paix.
  • Maxime : Nelson Mandela pour ce qu’il a fait pour son pays au début des années 1990 après avoir passé 27 ans en prison…Un modèle de force mentale, d’intelligence, de courage et d’humilité pour tous nos dirigeants politiques actuels…

Quelle est ta couleur préférée ?

  • Pierre-Yves : Je dirai le bleu comme la mer et le ciel en Corse mais aussi en Bretagne
  • Maxime : Le Bleu, comme la Ville Bleue, ou comme la couleur des maillots de Richardson et Zidane

Quelle est ta boisson préférée ?

  • Pierre-Yves : Une bière fraiche, la Pietra bien sûr avec de bons amis dans la montagne Corse.
  • Maxime : J’en citerai 2 : la (les) bière(s) de la victoire ou le(s) café(s) obligatoire(s) du matin J

Quel est le plat en cuisine qui te fait le plus plaisir à préparer, à manger ?

  • Pierre-Yves : A préparer j’aimerai savoir le faire mais je ne cuisine pas du tout il faudra que je m’y mette un jour. A déguster j’en ai beaucoup, j’adore les plats qui mijotent, des plats familiaux comme les Ragouts de choux, Pot au feu, Tête de veau l’hiver mais aussi les abats, cervelles, rognons, foies  un délice !
  • Maxime : Le Poulet aux poivrons et lait de Coco de Nolwenn ou le ragoût de chou de Maman (pas de jalouses comme ça J)

Question 11 : Que fais-tu dans la vie ? Est-il facile pour toi de concilier ton travail et ton activité au club ? Comment fais-tu pour concilier les deux ?

  • Pierre-Yves : Je travaille dans un service Informatique sans être informaticien !!! Je fais le lien entre les utilisateurs et les développeurs et techniciens informatique et je fais également de la formation utilisateurs à nos différents logiciels. Je n’ai pas réellement de problème à concilier les deux sauf dès fois quand je me déplace beaucoup mais avec les moyens de communication actuels tout se passe très bien et on arrive à être suffisamment réactif.

Question 11 : Que fais-tu dans la vie ? Est-il facile pour toi de concilier travail et coaching de l’équipe séniors gars 1 ?

  • Maxime : Je suis éducateur sportif au CCHB et ai comme missions la responsabilité et l’entraînement de la Section Sportive du Porzou, les interventions en milieu scolaire dans les écoles de Concarneau, Trégunc et Pont-Aven. J’entraîne également les sélections Ligue de Bretagne depuis 3 ans. Pour ne pas vous mentir, mon métier est très proche de ma fonction d’entraîneur de l’équipe 1, j’ai tendance parfois à tout mettre dans le même panier…Mais c’est aussi ce qui  me permet progressivement de mettre plus de rigueur et « professionnalisme » dans la gestion des séniors gars.

Question 12 : Peux-tu terminer cette phrase ? Pour moi, une des grandes difficultés de la vie est de…..

  • Pierre-Yves : Faire plaisir à tout le monde surtout en France mais même au sein de notre club où il y a toujours des mécontents et qui ne voient que leur nombril.

Question 12 : Revenons au Handball. Comment qualifierais-tu ton équipe ? Te sens-tu à l’aise dans ce groupe ? Si tu avais un meilleur souvenir à nous raconter, quel serait-il ?

  • Maxime : Mon équipe est très jeune et talentueuse. Ils n’ont rien à envier aux autres joueurs de la poule mais leur manque une dose de confiance en eux et de régularité. Ils vont se moquer de moi mais humainement ce sont des mecs au top qui ne lâchent rien. Je sens légitime auprès d’eux et plutôt rassurant que « rentre-dedans », c’est mon tempérament. Ils semblent comprendre de mieux en mieux mes choix tactiques. Les relations amicales avec eux peuvent parfois poser problème, notamment dans mes choix de joueurs, mais je suis aussi persuadé qu’elles nous ont permis de rester soudés et nous ont fait sortir de la galère la saison passée pour se maintenir in-extremis. Mon meilleur souvenir avec cette équipe ? Les victoires contre Plescop au Porzou  (1er invaincu à l’époque) et à Auray la saison passée, 2 gros matchs qui nous ont permis de nous sauver !

Question 13 : Au sein du HB Sud29, quel est le joueur ou la joueuse, la personnalité qui te surprend ou t’impressionne le plus, pourquoi ?

  • Pierre-Yves : Je crois que c’est Eric et Sandrine, car si nous sommes plusieurs à donner pour le HBSUD 29 ces deux-là sont inépuisables. Eric avec le CCHB et ses filles et Sandrine pour la gestion de notre logistique qu’elle a pris en main d’une manière remarquable. Mais il faut les aider car on s’épuise avec ces choses-là, et je sais ce que je dis pour avoir donné pendant toutes ces années. Ils baignent dans le club tous les jours, ils sont à la salle tous les weekends, ils accompagnent leurs fils, ils participent à la vie du club en entrainant et participant aux réunions de bureau, de commissions sportives et technique. Il faut que je pense à leur demander d’arbitrer pour le club ………

Question 13 : Dans ton équipe, quel est le joueur, la personnalité qui te surprend ou t’impressionne le plus, pourquoi ?

  • Maxime : Pas facile car ça va faire des jaloux (rires) mais si je dois mentionner un joueur, je citerai Antoine PINARD, autre enfant du club. Ce bonhomme fait de chaque match de handball une importance phénoménale, se retrouve dans des situations de stress parfois délicates qu’il doit apprendre à mieux gérer. Mais c’est un joueur qui travaille, écoute, tente des choses en permanence (parfois un peu folles il faut le dire). Malgré son peu d’expérience en Pré nationale et sa timidité apparente, il devient le patron défensif et n’hésite plus à s’affirmer. Un grand combattant avec qui je peux partir « à la guerre » (reste à savoir si on va la gagner 😀 ), je suis encore étonné d’ailleurs qu’il ne soit jamais blessé…

Question 14 : Parle-nous du HB Sud 29, quel est ton regard sur ce club ?

  • Pierre-Yves : Comme je l’ai dit ça fait 42 ans que j’y suis, j’ai vu et participé à son évolution, il y a eu des périodes de vaches maigres en terme de nombre de licencié, on a vécu des moments sportifs pas très glorieux ou très moyen. On s’en est toujours sorti avec les moyens du bord, aujourd’hui tout cela prend un autre visage et l’évolution est lancée pour devenir (J’espère) un club connu et reconnu. Ce changement est nécessaire et comme dis Francis BLANCHE ou Pierre DAC je sais plus « il vaut mieux penser le changement que changer de pansement ». Ce club est en voie de professionnalisation, il faut donc être vigilent pour qu’il ne perde pas son âme de club familial et convivial et ne pas oublier l’activité loisir. Mais je suis confiant même si à court ou moyen terme ce sera d’autres personnes qui gèreront le HBSUD 29 il ne faut pas oublier d’étudier le présent à la lumière du passé afin d’éclairer le futur.
  • Maxime : C’est pour moi comme une 2e Famille, étant en plus un enfant du club de l’ALC puis de l’ALCT. Si je dois ressortir 3 personnes, ce sera d’abord  Eric et Anne-Gaël grâce à qui simplement je vis de ma passion, mais qui, en dehors de leurs vies professionnelles et familiales ne cessent de donner de leur temps avec passion et gèrent avec réussite, les difficultés auxquelles peut faire face un club comme le nôtre. Ensuite, notre cher président pour l’investissement exceptionnel qu’il donne au club et l’adaptation sans cesse qu’il produit. Le club se « professionnalise » progressivement, notamment par son organisation générale et permet de mieux répartir les tâches et soulager certaines personnes. C’est très intéressant et agréable. Mais il faut à mon sens être patient, conserver nos valeurs et laisser les jeunes que l’on forme propulser ce club au niveau supérieur, car on dispose d’un noyau que plusieurs clubs nous envient.

Question 15 : Si tu étais doué d’un super pouvoir et que tu décides de l’utiliser au profit du club, que ferais-tu immédiatement ?

  • Pierre-Yves : Comme un puit qui ne se vide jamais, je ferai en sorte que le solde en banque ne baisse jamais au moins je serai tranquille car un trésorier sans argent est comme un apothicaire sans sucre.
  • Maxime : Je pousserais les murs du gymnase du Porzou pour nous permettre d’évoluer sur le long terme dans ce chaudron en rendant ce terrain aux normes de niveau supérieur. C’est notre maison, notre ADN. Je donnerai également d’un coup de baguette magique l’expérience et la régularité de joueurs de Nationale à mes garçons qu’ hormis cela, je ne voudrais voir changer (hormis 10kg de plus à certains…ou de moins à d’autres qui se reconnaîtront)

Question 16 : Quel sont selon toi les prochaines étapes que le club devra franchir pour progresser ?

  • Pierre-Yves : Il y a la première étape en cours qui a commencé depuis longtemps et qui ne finira sans doute jamais c’est celle de la formation des encadrants dans toutes les catégories d’âge. Cela nous entrainera forcément vers une autre étape qui est celle du niveau de jeu qui montera naturellement grâce à une bonne formation de nos jeunes joueurs. Et bien sûr asseoir tout ceci sur une structure administrative solide.

Question 16 : Voici ce que dis ton de toi ton père (entre autres choses). Qu’aimerais-tu lui répondre ?

« …Je suis très fier de sa réussite et pourvu que cela ne s’arrête pas là … »

  • Maxime : Un grand merci à lui et je pense qu’il y est pour quelque chose et moi aussi je suis fier de lui (On est pudique chez les HENAFF…), notamment quand je le bats au Tennis de Table mais c’est de plus en plus rare J Mais plus sérieusement, pour l’instant je pense que ma « réussite » est relative, elle le sera quand le HB SUD 29 aura franchi un palier supplémentaire sur le plan sportif.

Question 17 : As-tu un souvenir, une anecdote qui t’a particulièrement marqué dans la vie du club ? dis-nous lequel.

  • Pierre-Yves : Ouh là des anecdotes j’en ai plein la tête en 42 licences au club des très joyeuses mais aussi de très, très tristes. Celle qui m’a marqué le plus est bien entendu la très, très triste mais on n’est pas là pour pleurer donc un bon souvenir c’est à l’époque où on battait tout le monde et un des titres de champions de Bretagne c’était en scolaire ou le coach adverse a prévenu notre coach qu’il allait essayer de na pas être trop physique car ses gars avaient un an de plus ils étaient au Lycée et nous au Collège malheureusement pour nos adversaires du jour (Saint Malo) on allait beaucoup plus vite qu’eux résultat victoire 35 / 15 c’était le premier titre de champion de Bretagne sur les trois. A cette époque on écrasait tout le monde y’en a même qui ont arrêté un match car on menait 60 à 2 et il restait une dizaine de minute à jouer encore

Question 17 : Quels sont tes ambitions personnelles en tant qu’entraîneur de handball ?

  • Maxime : J’en fais mon métier depuis 5 ans maintenant, c’était déjà une belle surprise et opportunité. Je ne me vois pas changer de voie. Et je fais aussi de ma passion, mon métier, chez moi, je suis chanceux. J’aimerais découvrir le niveau National en tant qu’entraîneur et fonctionner réellement sous forme de STAFF. Au HB SUD 29 notamment et continuer d’apprendre auprès d’un artiste concarnois…Maintenant, je ne pense pas vouloir entraîner de séniors à  Haut-Niveau, du moins je ne me sens pas légitime ni capable (pour le moment). A terme, je me vois bien entraîneur de jeunes dans une structure ou club de plus Haut-niveau (Pôle, CLE, -18 Nat…).

Question 18 : Si Dieu existe, qu’aimerais-tu qu’il te dise lorsque tu arriveras au paradis ?

  • Pierre-Yves : J’irai peut être au Paradis ou ailleurs ou peut être que je serai réincarné en je ne sais quoi, peut-être même qu’on commencera une autre vie qui sait, mais je suis certain que j’aurai la confirmation que Dieu n’existe pas et que je verrai Jésus et Mahomet l’un brulant sa croix et l’autre repeignant la pierre noire en blanc me dire ceci : Toi au moins t’es pas tombé dans le panneau.
  • Maxime : « Ton fils, formé au HB SUD (ou petit-fils, ça fait un peu tôt pour mourir sinon…) vient d’être convoqué pour la première fois en Equipe de France…Tu peux être fier, en même temps vu la Maman qu’il a c’est logique »

Question 19 : Quelle pourrait être la devise de Pierre Yves Henaff ?

  • Pierre-Yves : Ceux qui ne savent pas où ils vont sont surpris d’arriver ailleurs
  • Maxime : « Il n’y a pas de problèmes…Il n’y a que des solutions »

Question 20 : Y-a-t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? Quelle serait alors ta réponse ?

  • Pierre-Yves : Quelle région de France préfères-tu ?

Et ma réponse serait :

  • La Corse évidemment et plus particulièrement la Haute Corse pour sa beauté bien sûr mais aussi pour ses habitants.

On est vraiment ailleurs quand on est là-bas

  • Maxime : Y-a-t-il un moment que tu aimerais revivre au sein du HB SUD 29 ?

Et ma réponse serait :

  • Un weekend comme celui du 14 Mai 2014 après la montée en Pré nationale obtenue à Guilers avec les copains…Mais cette fois-ci pour une montée en Nationale 3… Une chose est sûre, on sera très fatigués le lundi mais ça vaut le coup !»