Anne-Gaël

Thierry

Après les portraits de joueurs, place à nos dirigeants et encadrants.

Anne-Gaël et Thierry sont respectivement secrétaire du club et responsable de l’école de hand. Ils sont mari et femme, ils font partie de ces familles dans lesquelles chacun a tenu un rôle, à un moment ou à un autre, en tant que joueur ou encadrant au sein du HBSud29.

Ils se sont pris au jeu du portrait croisé en répondant aux questions sans se consulter et ils vont découvrir les réponses de l’autre en même temps que vous.

Bonne lecture !

Question 1 : Peux-tu décliner ton nom, ton prénom, tes date et lieux de naissance, ton lieu d’habitation : 

  • Thierry : Prampart Thierry né le 17 janvier 1966 à Nantes. J’habite à Concarneau
  • Anne-Gaël : Mon nom est Prampart Anne-Gaël, je suis née le 03 juin 1966, en ville close

Question 2 : Quand as-tu commencé à t’intéresser au Handball ? en quelles circonstances ?

  • Thierry : Première approche avec Thomas à l’école de Hand il y a presque vingt ans, puis avec Léa, puis avec Lucie, donc comme parent de joueurs.
  • Anne-Gaël : J’ai commencé à m’y intéresser quand nous avons inscrit Thomas à l’école de hand, il avait 5 ans (il en a 23 aujourd’hui). Quand il a commencé la compétition en -12, j’ai commencé à véhiculer les enfants, et je me suis pris au jeu… et plusieurs milliers de kilomètres plus loin, nous sommes toujours là !!!

Question 3 : En tant que parent quelle satisfaction retires-tu de voir évoluer ta progéniture ?

  • Thierry : Découverte  incroyable de l’amour inconditionnel ….
  • Anne-Gaël : Mes enfants sont grands maintenant, et il n’y a plus que Thomas qui joue, mais j’éprouve toujours autant de plaisir à le voir prendre du plaisir sur un terrain (même si les après matchs sont parfois difficiles)

Question 4 : Pourquoi être venu vers le HB Sud 29 ? 

  • Thierry : J’ai vu vingt années d’évolution du club comme parent de joueur et comme spectateur, j’ai vu tout ce que le club apportait aux jeunes, du côté sportif, mais aussi comme lien social. Toute la vie qui s’organise autour des équipes, les déplacements.  Avec des valeurs qui me correspondaient, du respect, de la compétition, et aussi la volonté de trouver une place pour chaque joueur. Donc l’implication s’est faite  en douceur  avec le désir de participer à mon tour
  • Anne-Gaël : Tout simplement car nous habitions Concarneau, et que c’était le seul club de handball dans cette ville.

Question 5 : As-tu pratiqué le Handball toi-même ?

  • Thierry : Non, moi j’étais plutôt Judo, dix ans de pratique, ceinture noire.
  • Anne-Gaël : Pas du tout, je faisais du tennis et de l’équitation… rien à voir avec un sport collectif… mais l’esprit de compétition reste le même dans tous les sports, n’est-ce pas ?

Question 6 : Quelle(s) fonction(s) occupes-tu pour le club, peux-tu nous en dire plus, en quoi cela consiste ?

  • Thierry : Responsable de l’Ecole De Hand,  c’est faire découvrir le hand aux enfants,  leur apporter des bases pour la pratique,  leur expliquer  aussi les valeurs du club et du hand, et veiller aussi à ce que les séances soient adaptées à leur âge. L’activité proposée doit être ludique mais aussi encadrée. En 2016, Olivier Parc et moi avons suivi une première formation, nous continuons cette année, et tous les  encadrants de l’école de hand suivent cette année un premier module de formation.
  • Anne-Gaël : Je suis la secrétaire du HbSud29 depuis maintenant 3 ans, mais j’ai commencé par être secrétaire du Cchb à sa création, en 2012… S’il faut détailler ma fonction au  HbSud29, je m’occupe de l’établissement des licences, de la programmation des matchs du week-end, de la boite mail du club (celle qui nous relie aux instances, le comité, la ligue et la fédé), mais aussi des réservations de créneaux auprès de la mairie, surtout pour les stages de vacances… j’importe également les données Gest’hand sur les ordinateurs pour que les fdme(feuille de match electronique) soient opérationnelles le week-end, et je les exporte le dimanche soir pour que les résultats remontent jusqu’à la fédé. Depuis peu, je suis élue au comité 29 sur le district de Cornouaille. Cette fonction étant toute neuve, je vais avoir un peu de mal à la détailler, mais en gros, cela va consister à faire le lien entre les différents clubs du secteur. Pour le Cchb, la fonction est différente, elle consiste surtout à gérer le quotidien d’une petite entreprise (eh oui, deux salariés !!!). Il faut transmettre tout ce qu’il faut au comptable pour les fiches de paye, les charges d’urssaf, les congés, les rapprochements bancaires pour le bilan… bref, je suis bien occupée !!!

Question 7 : Peux-tu nous parler de ta passion pour le Hand ? En quoi te paraît-il différent des autres ?

  • Thierry : Euh, j’ai pas compris la question !
  • Anne-Gaël : Ma passion pour ce sport est arrivée très rapidement… même sans y jouer, et sans y connaître grand chose d’ailleurs… j’ai appris les règles en regardant les matchs à la salle, et c’est vrai que moi, à partir du moment où il y a de la compétition, je me passionne très vite. La différence avec les  sports que j’ai pu pratiquer, le collectif évidement. C’est bateau de dire ça, mais c’est la réalité vraie. On est obligé de compter sur les copains, on ne gagne pas un match de handball tout seul. On connait tous (en tout cas, moi, j’en ai connu au moins un) des gamins qui trouvent leur place au sein du groupe “hand”, alors que leur relation aux autres est parfois très compliquée. Une différence avec les autres sports collectifs : je pense que le nombre de joueurs restreints sur le terrain a une influence sur les valeurs que ce sport véhicule. Chaque individu a sa place dans le groupe. A sept sur un terrain de hand, c’est sûrement plus facile de communiquer qu’à 11 sur un terrain de foot par exemple.

Question 8 pour Thierry : Parles-nous de ton activité auprès des tout petits handballeurs de l’école de Handball. Quels enseignements t’apporte cette expérience ?

  • Thierry : C’est un public génial, pas de compromis,  s’ils n’aiment pas tu le sais tout de suite et ceci sans fard…. S’ils aiment, tu le vois aussi de suite. Les séances doivent être vives, rythmées et ludique, le plaisir du jeu est le plus important. Même chose pour moi, je construis aussi mes séances pour y prendre plaisir, souvent avec un exercice nouveau, je souris déjà quand j’écris, car je les vois déjà en situation ….. Cette activité nécessite  une petite équipe d’encadrement, c’est un groupe qui réussit chaque année à faire vivre les séances, Olivier Parc pour l’école de Pont Aven, Antoine Pinard pour l’école de hand de Nevez, et à Concarneau Christophe Churlaud, Thomas Toussay et Léa  qui me remplace régulièrement au pied levé. Les plateaux internes au club, une fois par mois cette année nous aident à créer un groupe HBSUD29, sans tenir compte du lieu de déroulement de la séance hebdomadaire. Plus tard, ils joueront dans les mêmes équipes alors autant commencer de suite.

Question 8 bis pour Thierry : Quel est ton objectif avec « tes »  babys handballeurs ?

  • Thierry : Le premier est que les enfants jouent et s’amusent, et ensuite pour pouvoir jouer et bien jouer, il y a des positions à apprendre, des gammes à faire, donc des passages obligés pour pouvoir ensuite intégrer les moins de 11 ans. Chacun doit pouvoir le faire à son rythme et quitter l’Ecole de Hand en étant un  bon baby handballeur. Je tiens particulièrement à ce que tous les enfants y trouvent leur place, et que les enfants aient du plaisir à venir au HBSUD 29.

Question 8 pour Anne-Gaël : L’histoire de ce club est riche, beaucoup de personnes ont écrit cette histoire. Saurais-tu nous dire, selon toi, quels sont les deux ou trois personnes qui ont été décisives dans l’évolution du club ?

  • Anne-Gaël : Je ne connais pas bien l’Histoire du club, mais depuis que moi, j’en fais partie, une chose me semble évidente : le club ne serait pas où il en est sans Rodolphe, et la filière féminine ne serait pas ce qu’elle est sans Eric.

Question 8 bis pour Anne-Gaël : Quel serait, selon toi ta principale qualité, et ton principal défaut ?

  • Anne-Gaël : Je pense que ma principale qualité réside dans ma capacité à m’investir. Quand je fais quelque chose, je le fais à fond (enfin j’essaye !!!!). Mon principal défaut, sans hésiter, je suis rancunière… je n’oublie jamais rien et pardonne très difficilement le mal que l’on peut me faire (et encore pire si l’on fait du mal à ceux que j’aime)

Question 9 : As-tu d’autres « Hobby » dans la vie ? Si oui, lesquels ?

  • Thierry : Il y a un Sunfish dans le jardin, qui je l’espère reprendra bientôt la mer. Parce que se prendre les vagues dans la figure alors que tu es en rappel  à tirer des bords dans la baie de Concarneau, c’est le pied…. La lecture, c’est un refuge de mon imaginaire ou j’aime bien passer du temps, un ou deux livres par semaine minimum.
  • Anne-Gaël : Oui, même si je n’ai pas vraiment le temps de pratiquer… j’aime danser

Quel est le livre qui t’a le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Thierry : Un seul impossible ……. Le premier alors, La critique de la faculté de juger de Kant.  Parce que le jugement de la beauté ne désigne rien de l’objet, mais simplement l’état dans lequel se trouve le sujet affecté par la représentation. Une révélation, couplée avec des souvenirs précis d’une visite au Louvre en sortie de classe  en troisième avec Anne-Gaël.
  • Anne-Gaël : Oui, j’ai adoré, lu et relu toute la saga de “la bicyclette bleue” de Régine Deforges. C’est mon côté midinette qui s’exprime !!! non, sérieusement, le mélange d’histoire et de roman m’a passionné.

Quel est le film qui t’as le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Thierry : Monty Python and the  holy grail. J’avais quinze ans  et ma culture cinématographique se limitait aux dossiers de l’écran et j’ai découvert en vo ce soir-là un univers déjanté et qui m’a immédiatement plu. Une ouverture sur l’absurde … la fin des films « sérieux ».
  • Anne-Gaël : L’affaire “Rosenberg”. c’est l’histoire d’un couple de juifs, communistes, aux états unis, pendant la guerre froide. Arrêtés pour espionnage, jugés et condamnés à mort. Ce film fut diffusé dans le cadre des “dossiers de l’écran”, une émission que les plus jeunes ne connaissent pas. J’avais 12 ans quand j’ai vu le film, et je m’en souviens comme si c’était hier.

Quel est le personnage historique que tu places au sommet de ton Panthéon ? Pourquoi ?

  • Thierry : Français récent, l’abbé Pierre, résistant, député, mais avant tout révolté et déterminé, convaincant et capable de faire changer et voter des lois pour défendre une cause qu’il estime être juste. Puis de mettre en place une structure impressionnante pour venir en aide aux autres.  (cf Coluche)
  • Anne-Gaël : Probablement Louis Pasteur… j’aime tout ce qui touche à la médecine et aux découvertes qui la font évoluer.

Quelle est ta couleur préférée ?

  • Thierry : La couleur des yeux de ma femme !
  • Anne-Gaël : Le rouge et noir, pourquoi ?

Quelle est ta boisson préférée ?

  • Thierry : Un pastis sur une place ombragée des Cévennes.

Quelle est ta chanson préférée, pourquoi ?

  • Anne-Gaël : “Le France” de Michel Sardou… mon côté polémiste peut-être

Quel est le plat en cuisine qui te fait le plus plaisir à manger, à cuisiner ?

  • Thierry : Le gâteau breton de mes beaux-parents ou celui de Lucie, la nougatine d’Anne-Gaël, parce que je sais qu’ils sont fait pour le partage et avec amour.
  • Anne-Gaël : A manger, il y en a beaucoup, mais je dirais la raclette… c’est pour moi synonyme de soirées entre amis ou en famille. J’aime que l’on soit nombreux autour d’une table, et dans ce cas-là, la raclette, c’est pratique. A cuisiner, la marquise au chocolat, car mes enfants, mon mari et mes parents adorent ça

Question 10 : Que fais-tu dans la vie ? Est-il facile pour toi de concilier ton travail et ton activité au club ? Comment fais-tu pour concilier les deux ?

  • Thierry : Je suis formateur en Menuiserie, je travaille pour un sumo sur toute la France du lundi au vendredi, et le samedi matin la séance de l’Ecole de Hand  c’est un moment de plaisir, je tiens vraiment à ce rendez-vous ! Une soirée par semaine consacrée à la préparation des séances ou au niveau d’animateur de Hand, ou à une visite de club pour voir un entraînement.  Mais  pas de possibilité pour proposer un second rendez-vous en semaine à l’Ecole de Hand et c’est dommage. Je suis preneur pour toute aide…
  • Anne-Gaël : Je suis assistante de vie scolaire, et il est de plus en plus difficile de concilier mon travail et mon activité au sein du club. Le club se développe. L’intégration de Trégunc, Nevez, Pont Aven et Riec nous ont permis d’étendre notre territoire et d’accroître notre nombre de licenciés, mais cela fait aussi plus de salles à gérer, plus de réunions, plus de matchs…, bref, plus de tout

Question 11 : Peux-tu terminer cette phrase ? Pour moi, une des grandes difficultés de la vie est de…..

  • Thierry : d’être sérieux …
  • Anne-Gaël : faire bien tout ce que l’on entreprend !

Question 12 : Au sein du HB Sud29, la personnalité qui te surprend ou t’impressionne le plus, pourquoi ?

  • Thierry : Rodolphe Ziegler pour sa capacité à gérer le club dans le respect des idées de sa création, mais aussi et surtout pour sa capacité à le faire évoluer sans arrêt. Et  la cerise, c’est quand il a du temps pour l’Ecole De Hand et que le Président  se transforme instantanément au premier pas sur le terrain en joueur qui transmet et en animateur hors pair.
  • Anne-Gaël : Tous les bénévoles m’impressionnent. Ils oeuvrent, chacun à leur niveau, pour faire, jour après jour, notre club de demain… mais s’il faut vraiment n’en citer qu’un, alors, ce sera Rodolphe, notre Président. A son niveau, ce n’est plus une passion, c’est un sacerdoce… il a une vision de ce club qui m’impressionne, il essaye toujours de prévoir “le coup d’après” pour le développement du club.

Question 13 : Parle-nous du HB Sud 29, quel est ton regard sur ce club ?

  • Thierry : Généreux est l’adjectif qui me vient aussitôt pour le club, chacun des bénévoles ou des joueurs, y prend  quelque chose en y laissant aussi une petite partie de soi. C’est un organisme attachant ou énervant, mais extrêmement vivant.
  • Anne-Gaël : Mon regard sur ce club ? c’est difficile de répondre à cette question. j’en fais partie depuis tellement longtemps. J’ai aujourd’hui du mal à imaginer ce que je ferais si j’arrêtais. Je ne m’imagine pas dans un autre club. Dire que c’est une seconde famille est peut-être un peu fort, mais c’est une entité au sein de laquelle je pense avoir trouvé ma place. Il faut s’y investir pour comprendre ce que l’on y gagne. C’était un petit club, qui devient de plus en plus grand, et qui essaye de ne pas perdre son âme en cours de route.

Question 14 : Si tu étais doué d’un super pouvoir et que tu décides de l’utiliser au profit du club, que ferais-tu immédiatement pour lui ?

  • Thierry : Une nouvelle salle plus grande, avec des super vestiaires, et une buvette avec vue sur la mer !
  • Anne-Gaël : Je lui allouerai les subventions que la mairie donne à l’USC (je ne suis pas sûre qu’il y ait le droit de dire ça !!!!)

Question 15 : Quel sont selon toi les prochaines étapes que le club devra franchir pour progresser ?

  • Thierry : Structurer encore plus la formation des joueuses et joueurs au sein du projet de club, ce qui commence maintenant ne se verra vraiment que dans quelques années. La formation est la partie la moins visible du club, mais elle conditionne la réussite des équipes futures
  • Anne-Gaël : Il faut continuer à former les coachs : il faudrait au moins un coach par équipe (que ce soit chez les jeunes ou chez les séniors). Peut-être un investissement un peu plus intense de la part de certains joueurs, des équipes Séniors avec moins de différence de niveau, une nouvelle salle et quand on aura fait tout ça, on pourra aller jouer en N1. ahahah !!!

Question 16 : As-tu un souvenir, une anecdote qui t’a particulièrement marqué dans la vie du club ?, dis-nous lequel.

  • Thierry : La réussite du groupe d’Eric Guevel en – de 18 nation, un collectif plus fort que les individualités, que du rêve, encore bravo aux joueuses et au coach.
  • Anne-Gaël : Ah oui, la soirée de la montée des séniors gars en pré nat à Saint Renan Guilers : MEMORABLE !!!!!

Question 17 : Si Dieu existe, qu’aimerais-tu qu’il te dise lorsque tu arriveras au paradis ?

  • Thierry : Bien joué !
  • Anne-Gaël : J’aimerais qu’il me dise : “ Tu as fait ta vie, sans jamais faire souffrir ceux que tu as aimé”

Question 18 : Quelle pourrait être ta devise ?

  • Thierry : il faut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries, que sa connerie sur des choses intelligentes (proverbe schadok)
  • Anne-Gaël : “Toujours présente, jamais pesante” (en tout cas, j’essaye)

Question 19 : Y-a-t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? Quelle serait alors ta réponse ?

  • Thierry :
    • Toi         – ?
    • Moi       – !
    • (Victor Hugo)
  • Anne-Gaël :
    • Qu’aurais tu fais de tes week-ends si ton fils n’avait pas décidé un jour de faire du handball ?
    • et j’aurais répondu : “Du Shopping” !!!!!! parce que, quand même, je suis une vraie fille