Mathilde

Lysiane

Après nos deux garçons joueurs en -18, voici le portrait croisé de deux jeunes filles. Lysiane Goyat et Mathilde Guillou joueuses de l’équipe première du HB Sud.

Elles nous livrent ici un peu de leur parcours, leurs regards croisés nous invitent à mieux les connaitre pour peut-être les aimer un peu plus.

Bonne lecture à toutes et à tous.

 

Question 1 : Peux-tu décliner ton nom, ton prénom, ta date et lieux de naissance, ton lieu d’habitation ?

  • Mathilde : Je m’appelle Mathilde Guillou, je suis née le 21 janvier 1997 à Quimper, et j’habite à Rosporden.
  • Lysiane : Je m’appelle Lysiane Goyat, je suis née le 24 juillet 1996 à Saint Herblain en région nantaise et je vis à Concarneau, à Beuzec Conq plus précisément.

 

Question 2 : À quel âge as-tu commencé à t’intéresser au Handball ? En quelles circonstances ?

  • Mathilde : J’ai commencé le handball à l’âge de 7 ans, je connaissais une joueuse de handball et j’allais souvent voir ses matchs, j’ai donc eu envie d’essayer et ça m’a beaucoup plus. Depuis ça fait 13 ans et je ne m’en lasse toujours pas.
  • Lysiane : Je ne connaissais rien du Handball avant mes neuf ans et c’est grâce à ma sœur que j’ai commencé. Elle avait vu dans le journal un article qui parlait du recrutement jeune que faisait le club de Concarneau à l’époque et elle y est allée un samedi matin. En revenant, ma mère m’a vu « avachie » dans le canapé devant la télé, m’a enguirlandé et m’a obligé le samedi suivant à les accompagner et depuis je n’ai jamais arrêté.

 

Question 3 : Quel genre de jeune joueuse étais-tu à tes débuts ?

  • Mathilde : J’étais une joueuse qui courait partout, très mauvaise perdante, et jamais contente de moi, c’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. Je voulais toujours mieux faire.
  • Lysiane : Une paumée ! Je me souviens mon premier match : j’ai pris le ballon et suis partie en sens inverse, vers mes cages de but en mode rugby !! Tout le monde m’appelait et je ne comprenais pas pourquoi ! Mais j’avais déjà la rage de vaincre.

 

Question 4 : Comment le « virus » du Handball a-t-il fait son entrée dans ta vie ? Te souviens-tu dans quelles circonstances ? 

  • Mathilde : Je pense avoir attrapé le virus du hand à partir du moment où je suis rentrée dans la catégorie -12ans. Ce n’était plus des plateaux comme en débutant, mais des vrais matchs, il y avait un vrai enjeu, et c’est la compétition qui me plaisait. Les entraînements et les matchs devenaient plus importants que tout le reste.
  • Lysiane : J’ai commencé à aller aux matchs des seniors gars mais surtout filles de l’époque : on les regardait avec des grands yeux. Pour moi elles étaient les meilleures du monde ! Et puis aussi j’ai apprécié que ma mère et mes grands-parents me soutiennent beaucoup, ils n’ont pratiquement jamais raté un seul match ! Grand-mère est même devenue la mascotte de l’équipe !

 

Question 5: Mis à part le Handball, as-tu pratiqué d’autres activités sportives, culturelles dans tes plus jeunes années ?

  • Mathilde : J’ai pratiqué de la danse pendant 4 ans, mais je me suis vite lassée, et il a fallu faire un choix entre le handball et la danse car je ne pouvais pas concilier les entraînements et les séances de danse. J’ai donc choisi le handball, ça bougeait beaucoup plus et cela me convenait mieux.
  • Lysiane : Quand j’étais petite j’étais une vraie pile : j’ai fait de la danse pendant 11 ans, du tennis, de la natation, de la gym.

 

Question 6 : Dans quelles circonstances es-tu arrivé au HB Sud ?

  • Mathilde : Je suis arrivée au HB Sud en 2012. L’AL Concarneau s’est associé durant un an avec le HB Rosporden en 2010 pour ses équipes de jeunes filles. J’ai fait la connaissance des joueuses de Concarneau avec qui je me suis bien entendue et une d’entre elle m’a sollicité un an plus tard pour intégrer les -17 régions, sachant qu’à cette époque le HBR ne proposait pas ce niveau.
  • Lysiane : Ma première licence était au HBSUD à 9 ans et depuis je n’ai pas quitté le club.

 

Question 7 : Peux-tu nous parler de ta passion pour ce sport ? Que t’apporte-t-il ?

  • Mathilde : Tout d’abord ce que je préfère dans ce sport c’est l’esprit d’équipe ainsi que la compétition et la dépense de soi. Le mot passion est peut- être un peu fort pour moi, car je ne suis pas de près l’actualité handballistique. Pouvoir partager les joies et les peines que procurent un sport collectif est plus enrichissant et satisfaisant que de les partager toute seule. Je pense que ce sport m’apporte de la confiance en moi, ainsi qu’un bien-être physique et mental.
  • Lysiane : Je pense que le sport est déjà très important parce qu’il permet de transmettre certaines normes et valeurs importantes pour la « vraie vie ». Le Hand m’apporte de la combativité, le goût de la compétition, du jeu aussi, le plaisir d’être avec les copines. J’ai le sentiment de ne rien pouvoir faire sans les filles, nous dépendons toutes les unes des autres.

 

Question 8 : Quel est ton joueur ou ta joueuse préféré(e) sur la scène nationale ou internationale ? Peux-tu nous dire pourquoi ?

  • Mathilde : Je n’ai pas particulièrement de joueurs ou joueuses préférés, cependant, si quelqu’un devait retenir mon attention, ce serait Thierry Omeyer, pour sa longévité et l’ensemble de sa carrière.
  • Lysiane : Ma joueuse préférée est Cléopâtre Darleux. Même si on ne partage pas le même poste, je trouve qu’elle est excellente, et puis elle est assez médiatisée donc cela permet peut-être de toucher le public féminin qui n’aurait pas fait du hand sinon. Et puis…soyons chauvin, elle est brestoise maintenant !

 

Question 9 : Depuis tes débuts, y-a-t-il un entraîneur qui t’as plus marqué que les autres ? Qu’avait-il de particulier ?

  • Mathilde : J’ai une pensée pour tous ceux qui m’ont encadré (Amandine Sinquin, Johnny Le Guilly, Sandrine Morel…) mais, si je ne dois en citer qu’un seul, je dirais Eric Guével pour tout ce qu’il nous a apporté et tous les efforts qu’il a pu faire, et qu’il fait pour nous. Son implication au sein du club et notamment de la filière féminine est assez remarquable, grâce à lui nous avons pu vivre des moments inoubliables (notamment la -18 nation), il nous a fait grandir et évoluer, et je pense qu’on peut lui dire merci.
  • Lysiane : Je n’ai pas eu beaucoup d’entraineurs. Deux m’ont particulièrement marqué : dans un premier temps Gilbert Kermarrec qui a été notre entraineur en jeune. Il m’a beaucoup appris sur le plan technique et a renforcé mon envie de compétition c’est grâce à lui que l’on est monté au niveau régional en -15. Et puis Eric Guével, car c’est grâce à lui que nous avons pu faire la -18 nation ce qui reste ma plus belle année de hand. Il est beaucoup sur le côté humain de l’équipe et est très attaché à nous. Il a aussi répondu à mon besoin de compétition avec cette équipe de -18 nation mais également les années suivantes.

 

Questions 10 : As-tu d’autres « Hobby » dans la vie ? Si oui, lesquels ?

  • Mathilde : Le Handball me prend beaucoup de temps, je n’en ai donc pas vraiment pour d’autres  « hobby ». Mis à part ça, je passe du temps en famille, ou entre amis, j’aime aller au cinéma, ou faire du shopping (des trucs de filles quoi J ).
  • Lysiane : Non je n’ai pas d’autre hobby, le hand me prends trop de temps avec les entrainements, ceux des -13, les matchs : tous mes temps libres sont pris !

 

Quel est le livre qui t’a le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Mathilde : J’aime beaucoup lire, mais celui qui a le plus retenu mon attention serait « Je veux vivre » de Jenny Downham. C’est l’adaptation d’une histoire vraie, qui raconte la vie d’une jeune fille atteinte d’un cancer et qui sait qu’elle est condamnée. Elle va donc vouloir découvrir le monde avant de mourir. C’est une vraie leçon de vie.
  • Lysiane : le livre qui m’a le plus marqué je crois c’est Oscar et la dame Rose : l’histoire d’un petit garçon qui apprend qu’il va mourir et décide d’écrire à Dieu tous les jours sous les conseils d’une dame rose et en considérant que chaque jour vaut 10 ans.

 

Quel est le film qui t’as le plus marqué ? Pourquoi ?

  • Mathilde : Le film qui m’a le plus marqué est « La Rafle » de Roselyne Boch, avec Mélanie Laurent et Gad Elmaleh. Je trouve ce film très intéressant, car il relate de faits réels (La Rafle du Vel d’Hiv en 1942). Très prenant, il nous montre l’Histoire d’une autre manière, et nous rappelle le devoir de mémoire pour ces gens qui se sont battus sans relâche.
  • Lysiane : je n’ai pas de film marquant, je préfère les livres aux films car les livres laissent plus de place à l’imagination. Cependant j’apprécie les films qui me font pleurer comme « des Souris et des Hommes ».

 

Quel est le personnage historique que tu places au sommet de ton Panthéon ? Pourquoi ?

  • Mathilde : Je dirais Nelson Mandela, qui a su se battre jusqu’à la fin de sa vie pour la liberté et l’égalité en Afrique du Sud. Il est symbole de force et de courage.
  • Lysiane : Anne Frank : parce que d’une part tout ce qui touche à la seconde guerre mondiale m’intéresse, et elle a eu un destin tragique si jeune alors que l’on sent en elle une force et un talent. Pour moi elle est en quelque sorte la représentation de toutes les personnes mortes trop tôt pendant cette guerre alors qu’elles avaient la vie devant elles.

 

Quelle est ta couleur préférée ?

  • Mathilde : Mes couleurs préférées sont le rose et le noir (ah ah mais ne vous inquiétez pas j’aime aussi le rouge….)
  • Lysiane : Je n’ai pas de couleur préférée, mais j’aime beaucoup les couleurs sombres comme le noir et le bleu marine et certaines nuances de rose.

 

Quelle est ta boisson préférée ?

  • Mathilde : Le Coca
  • Lysiane : Je suis une inconditionnelle du Ice teaen été et du chocolat chaud en hiver !

 

Quel est le plat en cuisine qui te fait le plus plaisir à manger ? à préparer ?

  • Mathilde : Le plat qui me fait le plus plaisir à manger est simple : des spaghettis à la bolognaise.Pour ce qui est du plat à préparer, je ne suis pas grande cuisinière, je pense que ce domaine n’est pas fait pour moi, je préfère qu’on me prépare à manger 🙂
  • Lysiane : J’adore manger tout ce que prépare ma grand-mère ! Je cuisine assez mal mais je réussi une recette de fondant au chocolat.

 

Question 11 : Revenons au Handball, à ton équipe. Comment qualifierais-tu ton équipe ? Te sens-tu à l’aise dans ce groupe ? Si tu avais un meilleur souvenir à nous raconter, quel serait-il ?

  • Mathilde : Si je devais qualifier mon équipe je dirais que c’est une bonne bande de copines. Je suis très à l’aise dans ce groupe où règne la bonne humeur et la rigolade, toujours partantes pour les bonnes blagues et l’apéro. Aucune gêne entre nous, c’est devenu une deuxième famille. Mon meilleur souvenir reste un match contre Granville en -18 nation (je pense d’ailleurs qu’Eric Guével s’en souvient comme si c’était hier). Nous devions déclarer forfait car nous n’étions pas assez, finalement nous avons pris le bus direction la Normandie et nous sommes partis à 8 sachant que nous avions 2 gardiennes. Personne n’aurait pu imaginer qu’on aurait gagné ce match et pourtant on l’a fait. Nous avons même fait jouer nos gardiennes sur le terrain. Ce jour-là, on a montré qu’on méritait cette place en national, c’était inoubliable.
  • Lysiane : Mon équipe c’est la meilleure. On a réellement un super groupe qui s’entend très bien, il y a parfois des tensions – on reste des filles hein – mais qui s’effacent très vite. Et depuis cette année je suis très à l’aise dans ce groupe car ce sont réellement toutes mes copines et ça donne encore plus envie de me défoncer pour elles ! Mon meilleur souvenir ne concerne qu’une partie de l’équipe, celle qui était également en -18 nat, et concerne toute l’année : les trajets en car à perpette : on partait super tôt le samedi matin pour rentrer encore plus tôt le dimanche matin, les matchs où l’on a battu de grands clubs comme Fleury ou Celles sur belles, pas grâce à notre technique mais essentiellement à la synergie du groupe, l’ambiance à chacun de nos matchs à domicile dans les tribunes. C’est aussi ce qui fait la beauté du hand, le groupe mais le public aussi qui parfois peut nous porter.

 

Question 12 : Que fais-tu dans la vie ? Est-il facile pour toi de concilier ton travail et la pratique du handball ?

  • Mathilde : Je suis actuellement étudiante à l’IUT de Quimper, en deuxième année de DUT Gestion des Entreprises et des Administrations. Pour l’instant, j’ai facilement pu concilier études et handball, l’année prochaine risque d’être plus compliquée, car je ne sais pas encore où je serais.
  • Lysiane : Je suis étudiante à Brest en troisième année AES (Administration économique et sociale). J’ai dû m’organiser pour pouvoir m’entrainer en semaine sur Brest dans le club de Lambé qui m’accueille gentiment, et parfois je suis obligée de m’organiser, de demander à changer de groupe pour rentrer à temps le vendredi après-midi pour l’entrainement de mes petites. Et même si mon temps libre est compté, j’arrive à concilier la réussite de mes études avec le Hand. L’année prochaine cela risque d’être plus compliqué car j’envisage de passer un concours.

 

Question 13 : Dans ton équipe, quel est la joueuse, la personnalité qui te surprend ou t’impressionne le plus, pourquoi ?

  • Mathilde : Attention cette question va faire des jalouses, ah ah je rigole ! Pour moi, la plus surprenante reste Suzanne Révelen, ou Doudou pour les proches. Toujours à son meilleur niveau, elle impressionne par sa puissance et sa force de caractère. Mon amie depuis maintenant 7 ans, bien que depuis quelques années elle soit moins présente à cause de son travail, mademoiselle est militaire, quand elle revient, c’est toujours plus grande, toujours plus forte. Elle a ce don de rassembler les gens et de les surprendre à chaque fois.
  • Lysiane : Dans mon équipe la personnalité qui m’impressionne le plus est Mathilde Guéguen-Grall alias GG anciennement de Châteaulin. Elle est toute petite et ne semble pas pouvoir faire de mal à une mouche mais quand elle est sur le terrain, attention à celles qui s’y frottent : elle a une force de caractère, physique également impressionnante. Elle n’a pas peur d’aller au contact, au contraire, elle le recherche. Et puis elle nous pousse à tout donner.

 

Question 14 : Parle-nous du HB Sud 29, quel est ton regard sur ce club ?

  • Mathilde : J’aime beaucoup ce club car tout le monde se connaît, c’est un club à taille humaine qui permet de se sentir utile et importante. Ce club familial regroupe des gens de tous les horizons, et c’est aussi ça l’esprit du sport, rencontrer des personnes différentes, et qui nous marqueront pour toujours. Ce club a de l’avenir, et mérite de se faire connaître.
  • Lysiane : Le HBsud 29 est un club familial où tout le monde se connait et c’est appréciable de ne pas être anonyme comme dans d’autres clubs où il y a trop de monde. C’est un club qui tend à se développer et qui fait des efforts de médiatisation. Mais c’est un club à tendance masculine donc parfois nous les filles nous retrouvons à part.

 

Question 15 : Si tu étais doué d’un super pouvoir et que tu décides de l’utiliser au profit du club, que ferais-tu immédiatement ?

  • Mathilde : Si je pouvais, je donnerai des points supplémentaires à notre équipe ainsi qu’à celle des séniors gars 1 pour pouvoir accéder à un niveau supérieur, la prénationale pour nous, et la nationale 3 pour les garçons.
  • Lysiane : Je souhaiterais de tout cœur que le club arrive à recruter assez de filles au niveau de la filière jeune. Cette année on a réussi avec Audrey Croajou et José Huiban (coachs -15 fille) à faire une équipe -13 et une équipe -15. Même si le début de  saison se faisait dans la douleur maintenant ça va mieux, mais l’année prochaine s’il n’y a pas assez de recrutements, on risque de se retrouver dans la même configuration, et dans l’obligation alors de laisser certaines petites à fort potentiel quitter le club.

 

Question 16 : Voici ce que dis ton entraîneur de toi : As-tu un commentaire à faire ?

A propos de Mathilde

« Mathilde est ma capitaine, elle est l’âme de cette équipe. Elle est le sourire et la joie de vivre incarnée. Elle fédère le groupe autour de sa bonne humeur. Elle évolue en 3 haut en défense et arrière droite droitière en attaque. C’est une combattante et une guerrière sur le terrain. Marqueuse et opportuniste elle compense ses lacunes avec sa vitesse et beaucoup d’anticipation, une joueuse qui n’accepte pas l’échec et est tout le temps à se remettre en question. »

  • Mathilde : Ce qu’il dit de moi me fait très plaisir, ce n’est pas le genre de chose qu’on entend tous les jours, et ça fait du bien. Je pense que la bonne humeur au sein d’un groupe est très importante. Ensuite, je pense que le sport m’a appris la combativité, il ne faut jamais rien lâcher et toujours donner le meilleur de soi-même. Se remettre en question est primordial au sein d’un groupe, il permet d’avancer et comprendre ses erreurs. Il ne faut pas accepter l’échec, il faut voir ça comme une leçon. Bien qu’il dise que je suis le sourire et la joie de vivre, il m’arrive parfois d’être énervée, il faut dire que j’ai mauvais caractère, mais il me connait il sait bien que ça ne dure jamais longtemps ah ah !

A propos de Lysiane

 « Lysiane dite « la teigne »,  toujours présente une incontournable du groupe. Elle coach des -13 filles et cultive un peu son ego auprès de ses joueuses. Marqueuse et finisseuse (c’est une ailière droite et/ou gauche) elle aime jouer l’interception elle est n°1 ou 2 en défense. Lysiane veut être tout le temps sur l’aire de jeu et veut apprendre encore et encore, elle est la voix du groupe et pose les problèmes et les solutions en même temps, au-delà c’est aussi une vraie guerrière »

  • Lysiane : Je suis assez surprise du commentaire d’Eric, je ne savais pas qu’il pensait ça de moi. Il est vrai que j’ai un sale caractère d’où l’appellation de teigne et en général je ne lâche rien car je suis très compétitrice et gagneuse. Un match n’est jamais fini avant le coup de sifflet final, il faut se battre jusqu’au bout pour ne pas avoir de regrets. Et peu importe la place où je joue, je suis d’accord c’est vrai j’adore être sur le terrain et pouvoir servir l’intérêt du groupe : même si ma place de prédilection est ailière gauche !!!

 

Question 17 : Quels sont tes ambitions personnelles en tant que joueuse de Handball ?

  • Mathilde : Je n’ai pas forcément d’ambitions personnelles, mais plutôt une ambition pour l’équipe SF1 qui serait de monter en pré-nationale, cette année, dans deux ans, peu importe, je pense que c’est un objectif à atteindre, et qu’on réussira. Ensuite, si je devais parler de moi, je voudrais continuer de jouer au handball le plus longtemps possible.
  • Lysiane : Je n’ai pas d’ambition personnelle à part entière car je sais très bien que je n’ai pas un niveau extraordinaire pour prétendre jouer à un haut niveau, et puis je suis trop vieille pour ça. Par contre je sais qu’ensemble, avec l’équipe on peut prétendre à être plus haut qu’excellence région, pré-national, et peut-être national 3. Car justement le Hand c’est ça pour moi : on est rien tout seul mais en équipe, on peut prétendre à des choses extraordinaires.

 

Question 18 : Mathilde, y-a-t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ?

  • Mathilde : « A défaut du Handball quel sport aurais-tu voulu pratiquer ? »

 OK, veux-tu y répondre ?

  • Mathilde : Je pense que j’aurais voulu faire du foot. J’aime beaucoup ce sport, car il se rapproche du hand (on inverse les mains et les pieds ah ah). Je connais plus de choses sur le foot que sur le Hand, je trouve ce sport intéressant, car comme tous les sports collectifs, il montre la combativité, l’esprit d’équipe, c’est un tout, et sans les autres on ne peut rien faire.

 

Question 18 bis : Lysiane, y-a-t-il une question que tu aurais aimé que je te pose ?

  • Lysiane : Où tu te vois dans 20 ans ?

Ok, veux-tu y répondre ?

  • Lysiane : Toujours sur le terrain j’espère !